Bento, la tradition culinaire associée à l’amour

Le bento (bentô) qui, à l’origine, signifie « commodité », est la boîte-repas à emporter composée de riz et d’au moins un accompagnement. Son existence s’est avérée depuis l’époque Heian (794 – 1185), il se composait simplement de boulettes de riz (onigiri) ou de riz cuit et séché (hoshi-ii) qui pouvait se conserver dans de petits contenants. On le faisait quotidiennement chez soi comme un repas à emporter et il pouvait aussi être la nourriture des nombreux champs de bataille qui ont marqué la période. Pendant l’époque Azuchi Momoyama (1568 – 1600), la boîte en bois laqué est apparue et l’on a commencé à consommer le bentô au moment du hanami, fête traditionnelle au cours de laquelle il est de coutume d’aller admirer les cerisiers en fleurs au printemps. Il a aussi été intégré à la cérémonie du thé qui s’est remarquablement développée à la fin du XVIe siècle. Lors de l’époque suivante, Edo (1603 – 1867), le contenant autant que le contenu ont connu un raffinement croissant. Ceci est particulièrement vrai pour les makunouchi-bentô (bento consommé au théâtre traditionnel japonais, le kabuki, et vendus à l’entour des salles), véritables compositions artistiques, sortes de « tableau à déguster » dont la beauté saisissante enchante les consommateurs.

Le bento reste aujourd’hui encore très important au Japon, notamment lors du déjeuner à l’école et au travail. Que trouve-t-on dans le bento ? Il recèle quantité d’ingrédients assez variés : légumes, algues, poisson, viande. On y trouve toujours le riz, qui est l’aliment de base pour les Japonais, et de petits plats d’accompagnement prédécoupés. Le modèle le plus simple du bentô est l’onigiri, une boule de riz grosse comme le poing et en principe fourrée d’un condiment salé, le plus souvent de la prune séchée (umeboshi), de morceaux de légumes macérés en saumure ou bien du poisson grillé. Accompagné d’une soupe, le bento exprime véritablement la palette du « ichiju sansai » qui est la forme classique du repas japonais. La composition d’un bento reprend plusieurs éléments du raffinement culinaire japonais : différents modes de cuisson, saveurs très variées, couleurs harmonieuses, équilibre nutritionnel des différents ingrédients.

Ces boîtes-repas se trouvent, de nos jours, presque partout dans tous les types de commerces, tels que les supermarchés, les combini[1]et les grands magasins. Il est tellement apprécié que l’on peut s’en procurer n’importe où, cependant, il est à noter que le bento représente le côté non seulement gastronomique mais aussi culturel et social pour les Japonais. On peut voir beaucoup d’hommes se contenter du repas fait à la maison par leur épouse dans la chaleur des bureaux. Il n’est pas rare que les salarymen (employés de bureau) à qui il est demandé de ne pas interrompre longuement leur activité et qui, bien souvent, mangent un bento devant leur ordinateur pour ne pas perdre de temps. De jeunes secrétaires préparent souvent le bento elles-mêmes et se réunissent dans une salle d’réunion pour le consommer en bavardant. Plus récemment, un nouveau phénomène, qui prend de plus en plus d’ampleur, est apparu : les « bento-danshi » (littéralement : les hommes qui préparent le bento). Quant aux enfants, ils ont toujours hâte d’ouvrir la boîte du bentô pour découvrir ce qui y a été mis par leur mère.

Traditionnellement, il incombe aux mères et aux épouses de préparer le bento. On considère qu’elles sont responsables de la santé de toute la famille. C’est la raison pour laquelle elles essaient d’élaborer un bon bento du midi avec des ingrédients élaborés pouvant satisfaire leurs enfants et leur mari d’un point de vue diététique aussi bien que gustatif. Par ailleurs cette recherche de la perfection du bento est également un moyen de faire ressentir l’amour de la mère pour sa famille. On pourrait caricaturer la situation de la façon suivante : plus la composition d’un bento est harmonieuse et variée, plus l’amour de celle qui l’a préparé est grand pour ceux qui vont d’en nourrir…

Lorsqu’il est préparé par la mère ou l’épouse (le père ou l’époux de nos jours), il devient un moyen de transmettre l’amour de celle-ci pour celui à qui est destiné le repas. Néanmoins, la beauté du bento a également pour fonction de transmettre ce message aux « spectateurs » du consommateur (camarades d’école, collègues). En effet, dans une société telle que la société japonaise où l’harmonie est un impératif catégorique, l’ouverture du bento (produit élaboré dans l’intimité du foyer) dans l’espace public et sa présentation à autrui le transforme en modèle réduit des relations au sein de la famille : un beau bento préparé avec soin prouve la bonne entente familiale et l’amour qui règne dans la famille. Voilà sans doute l’une des raisons qui font que, dans l’esprit des Japonais, ce type de repas soit tant associé à l’amour.


[1] « Combini », écrit konbini en japonais, est l’abréviation japonisée des termes anglais « convenience store ». Ce sont des commerces de proximité ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 qui distribuent des produits de consommation courante (alimentation, boissons, presse, produits ménagers, etc.).

    Posts created 10

    Articles similaires

    Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

    Retour en haut